Tuesday, June 4, 2019

Department Seminar Series - Charlene Zietsma - PSU - Tuesday, June 25th 2019

The Management Department
Department Seminar Series

Charlene Zietsma
Pennsylvania State University

Tuesday, June 25th 2019

   Room PA115  at 10:00 am

Theme:  “The Microfoundations of Belief and Behavior Change: A Field Experiment on the Efficacy of Frame Bridging and Frame Shifting Strategies for Stimulating Innovative Entrepreneurship”


   Abstract: Although institutions gain their strength through broad-based social agreement, institutional change begins at the individual level, with a shift in individual beliefs or judgments of what is appropriate, acceptable, and legitimate. Prior work suggests that this shift occurs as the mental models, or frames, that individuals use to make decisions change. Frames may be changed either through frame bridging, involving constructing connections between new ideas and analogous or familiar frames, or through frame shifting, involving cutting off an association to a past frame in order to switch to a new one. To understand the relative efficacy of these two framing strategies in changing perceptions and behavior, we tested them in a field experiment conducted in rural Sri Lanka, using entrepreneurship training programs which attempted to reframe entrepreneurship as innovation rather than replication of time-tested models. Our findings contribute to an understanding of the link between the microfoundations perspective on institutional change and the framing literature by identifying factors for predicting how and when a given framing strategy will resonate with its intended audience and lead to belief and behavior change, and to the entrepreneurship literature by shedding light on how individuals are most effectively motivated to identify and act on innovative opportunities.

Friday, May 24, 2019

MOS WORKSHOP - Fabrice Cavarretta - Tuesday, June 11th 2019 - 9:15 am



The Management Department & The Research Center
- MOS  WORKSHOP -



FABRICE CAVARRETTA
will present his paper

 Tuesday, June 11th 2019
   Room N231 – 9:15 a.m. in Cergy
3:15 p.m. in Singapore

Theme: Managerial paradigms: modeling managerial action at the edge of rationality and social construction



Abstract:
Boundedly rational managerial actors cannot take into account the full spectrum of valid theories about the world. Even for professional scientists, the representation of the world has been demonstrated to be simplified, constrained, and clustered into compact system of beliefs made popular by Kuhn under the label of paradigm. Paradigms have been documented in various fields, including in managerial context. The modeling of managerial representations is greatly enhanced through this construct. Furthermore, a paradigmatic analysis suggests caring of various phenomena such as shifts and tensions. Regarding theories about action that are intended to be enacted by actors, they would benefit of paradigmatic labor such as contrasting.

Tuesday, April 30, 2019

Department Seminar Series - Elaine Hollensbe - University of Cincinnati - Thursday, May 23rd 2019


The Management Department
Department Seminar Series


Elaine Hollensbe

University of Cincinnati

Thursday, May 23rd 2019
   Room LE CLUB  at 10:00 am

Theme“Publishing Qualitative Work in Top-Tier Journals - 23rd May, 10.00 - 12.00”


  Abstract:  One of the most challenging aspects of qualitative research is telling a convincing and compelling story that clears the hurdle for contribution in a top journal.  In this workshop, I will present strategies for developing strong qualitative papers and getting them published in top outlets.  In particular, I will discuss tactics for designing the study, managing the coding and analysis process, writing up the paper, ensuring rigor and trustworthiness, and responding to reviewers.  The workshop will include an interactive component and time at the end for participants’ questions and discussion.  All are welcome to attend, including those currently working on or considering a qualitative project, those who review or might review qualitative work, or quantitative researchers who would like to learn more about qualitative methods.

Friday, April 26, 2019

Department Seminar Series - Ivana Naumovska - INSEAD - Tuesday, May 28th 2019


The Management Department
Department Seminar Series


Ivana Naumovska

INSEAD

Tuesday, May 28th 2019
   Room N517  at 10:00 am

Theme“WHEN AN INDUSTRY PEER IS ACCUSED OF FINANCIAL MISCONDUCT: RECONCILING THE CONTAGION AND COMPETITION EFFECTS ON BLAMELESS FIRMS”


   Abstract: What are the performance consequences for blameless firms when an industry peer is accused of corporate misconduct? Research on corporate misconduct has revealed that accusations of industry peers generate negative consequences to blameless firms (contagion effect). In turn, research on competitive dynamics implies that such accusations can benefit blameless firms that compete with these industry peers (competition effect). We reconcile these perspectives by arguing that the market value of a blameless firm is dually shaped by the contagion and competition effects, depending on the extent of market overlap between the accused industry peer and the blameless firm. Using fine-grained product data, we analyze the stock market returns of 233 software firms following all the accusations of financial misconduct by their industry peers in the course of a decade. We demonstrate that the negative contagion effect increases with the product market overlap between the accused and blameless firms, but only up to a point, beyond which the positive competition effect becomes stronger. We further show that the competition effect becomes relatively more pronounced, the more fine-grained the market classification used to assess the market overlap. Our study unpacks the heterogeneity of spillover effects across blameless firms and enhances understanding of the interplay of contagion and competition following misconduct by industry peers.

Thursday, April 18, 2019

Department Seminar Series - David Stark - Warwick University - Tuesday, May 14th 2019


The Management Department
Department Seminar Series


David Stark

Warwick University


Tuesday, May 14th 2019
   Room LE CLUB  at 10:00 am

Theme:  “Without Inclusion, Racial Bias Blocks Learning”

  Abstract: Racial diversity is often hailed as a boon to the performance of groups, organizations, and markets, but its alleged benefits have been slow to materialize. We study the role of inclusion: In diverse settings, are members of an ethnic majority reluctant to learn from members of a minority group? We answer in three studies, in which US-based White adults are asked to make an incentivized choice after observing a similar decision by two peers, who are identifiable only by their first names: either White- or Black-sounding. Unbeknown to the chooser, the peers always make better decisions, so their choices should be copied. However, we find that Whites are far less likely to learn from their Black peers compared to White peers (n=296). We suggest that the bias can be reversed if Whites observe that the Black peers repeatedly perform well (n=208) or when Whites are apprised in advance of the Black peers’ performance (n=252). To reap benefits, we conclude, diversity must be accompanied by informed inclusion. We discuss implications to attempts at racial and ethnic diversity in scientific, educational and other organizations.    (Co-authored with Sheen Levine, University of Texas-Dallas, and Charlotte Reypens, University of Warwick).

Sunday, April 14, 2019

Les podcasts d'ESSEC Knowledge

ESSEC Knowledge a récemment débuté la production de podcasts. Laurent Bibard et moi-même avons contribué à l'une des deux productions expérimentales. Cette nouvelle série s'intitule "Be in the Know !"

Nous vous souhaitons une bonne écoute ! 

Vous les trouverez également dans Spotify ou dans iTunes.

Wednesday, April 3, 2019

Department Seminar Series - Martin Kilduff - UCL - Tuesday, May 7th 2019


The Management Department
Department Seminar Series




Martin Kilduff
UCL

Tuesday, May 7th 2019

   Room LE CLUB  at 10:00 am

Theme“When the Personality of Others Matters:

Self-Monitoring, Homophily, and the Origins of Network Structure”

   Abstract: We investigate whether and how the personality of the coworkers with whom an individual interacts helps explain the extent to which the individual comes to occupy advantageous positions in social networks. We suggest that differences in self-monitoring personality affect social structure beyond the reach of the individual. We test this prediction in two studies. In Study 1, we use cross-sectional data on advice relations in an organization to show that self-monitoring is associated with network popularity and homophily: high self-monitors attract advice requests mainly from highs, and low self-monitors from lows, although high self-monitors receive more advice requests overall. In Study 2, we use longitudinal data on advice relations within a cohort of young-professionals in a post-graduate program, to show that high self-monitors come to occupy network brokerage roles to the extent that they are sought for advice by other high self-monitors. This happens, we suggest, because their high self-monitoring contacts tend to remain unconnected from each other. At the same time, the extent to which high self-monitors are sought for advice by low self-monitors tends to explain the likelihood of the highs to remain embedded in closed networks. This happens, we suggest, because their low self-monitoring contacts are more likely to interact with each other.

Tuesday, March 26, 2019

Appel à Projets de Recherche : Atelier Prospectif la Vie Robomobile


Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (Service de l'administration générale et de la stratégie, Mission des transports intelligents) lance un appel à projets de recherches.

La phase 1 (appel à idées) est ouverte jusqu'au 3 avril 2019 - 12h.

(Submission électonique et documents de l'appel à projets accessible



Contexte
Pour alimenter ces réflexions, la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer -DGITM a commandité en 2017 et 2018, au titre de l’Atelier prospectif La vie robomobile, une première vague de travaux de recherche auprès de ses partenaires fondateurs, l’IFSTTAR et le LAET. Ces travaux, dont les derniers s’achèveront fin 2019, sélectionnés à raison de leurs thématiques prioritaires pour l’Atelier, permettent déjà, au travers des restitutions d’étape, d’animer le cercle des participants à l’Atelier et de fournir des éléments solides de réflexion notamment pour les acteurs publics.

Objectifs de l'appel
Pour entretenir cette dynamique et élargir le champ des disciplines et approches mobilisées, la DGITM a choisi de lancer en 2019, et, sous réserve de la disponibilité des budgets les années ultérieures, des appels publics annuels à projets de recherche, ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique. C’est l’objet du présent document.
Cet appel comporte deux volets :
le volet « appel thématique », recouvrant quatre axes de recherche principaux ;
et, en complément, un volet « appel blanc », pour lequel les équipes sont libres de déposer des propositions sur tout autre thème qui pourrait utilement enrichir les réflexions des membres de l’Atelier.

L’objectif reste de susciter des travaux de recherches partageables dans divers domaines méritant intérêt pour nourrir les réflexions de l’Atelier, avec une priorité claire pour les questionnements inédits, pionniers ou sous-investigués dans l‘offre disponible de recherche et de prospective au plan mondial. Au-delà des 4 thèmes identifiés, jugés prioritaires, le volet « blanc » doit permettre aux équipes intéressées de proposer des projets sur des sujets encore plus nouveaux, inattendus ou décalés, dans la mesure où nous reconnaîtrons leur pertinence vis-à-vis de nos objectifs généraux de travail.

LE VOLET « APPEL THEMATIQUE » : LES 4 AXES DE RECHERCHES ET LES THÉMATIQUES ASSOCIEES
Si les thématiques sont classées suivant quatre axes, les projets soumis pourront couvrir plusieurs de ces axes. La proposition dans ce cas devra être explicite quant aux axes couverts.

Axe 1 – Infrastructures et équipements
Les infrastructures et leurs équipements, tant physiques que numériques, qui accueilleront ou supporteront le déploiement des véhicules autonomes posent de nombreuses questions.
La qualité (et le niveau de maintenance) de l’infrastructure physique (route, rue) et plus généralement de « l’infrastructure urbaine » et pour l’urbain de l’espace public au sens large, est un sujet d’interrogation majeur, en particulier au regard des investissements à consentir et à leur maintenance. Par ailleurs, la question de l’infrastructure numérique (au sens large : toutes les couches numériques se greffant sur l’infrastructure physique et qui permettent de déployer des services, de la cartographie numérique au support de connectivité V2I et V2V), utilisant différentes technologies, devient également cruciale.
Il ne s’agira pas ici d’appréhender ces problématiques sous l’angle de la technologie.

Questions de recherche (liste non limitative) :
 Comment gérer l’intrication de générations d’infrastructures multiples, tant physiques que
numériques ou urbaines, à l’obsolescence accélérée ?
 Les standards routiers (routes et rues) d’aujourd’hui et de demain : qu’est ce qui ne ferait plus sens dans une mobilité robomobile ?
 Quelle réversibilité pour ces nouvelles infrastructures ? Comment permettre la cohabitation( ou non) entre véhicules autonomes et non autonomes, ou de mobiles/systèmes présentant différents degrés d’autonomie ou de supervision ?
 Quels sont les enjeux stratégiques et économiques autour des mutations des infrastructures physiques et numériques, de l’investissement à la maintenance, de l’adaptabilité à la résilience ?

 Axe 2 – Structuration sociale
La course technologique et industrielle, à l’échelle mondiale ou continentale, se concentre jusqu’à présent sur l’objet « véhicule autonome » (y compris VL, navettes, PL, bus, robotaxis…). L’enjeu pour les innovateurs est de réussir à faire rouler le premier un véhicule le plus autonome possible, de la manière la plus convaincante possible, et d’être le premier à préfigurer les usages futurs de transport de personnes et de marchandises.
Dès lors, l’introduction progressive ou rapide, limitée ou massive, de ces machines robomobiles (véhicules, robots, matériels mobiles, mobilier, etc.), en ville, en périphérie urbaine ou dans le rural, entraînera des nouveaux types d’interactions : entre les individus et ces machines, entre les machines elles-mêmes, entre les individus dans un environnement différent de l‘environnement actuel, entre les machines et les infrastructures. En ce sens le VA peut être caractérisé comme une machine sociostructurante
(ou « machine sociale »). Il en ressort un enjeu de design social de ces interactions et de
ces relations entre les différents acteurs ou composantes de ces écosystèmes territoriaux en émergence.

Questions de recherche (liste non limitative) :
 En quoi le VA amène-t-il à de nouvelles interactions sociales ?
 Qu’est-ce que ces interactions sociales nous laissent entrevoir sur des évolutions possibles de nos modes de vie ?
 Comment les usages du VA peuvent-ils répondre aux aspirations des territoires et des
quartiers qui se sentent délaissés ?
 Quelles opportunités et quelles menaces ? Quelle place pour l’intervention (ou non) de l’Etat ? Quels champs d’application du principe de subsidiarité ?

 Axe 3 – Travail et emploi
Deux axes de réflexion semblent prioritaires :
* dans le secteur du transport : conducteurs de bus ou de poids lourds, chauffeurs de taxi, livreurs : comment ces professions vont-elles être impactées ? Quelles sont les tâches, hors conduite, opérées par ces conducteurs (information, manutention, réparation…), et comment seraient-elles réallouées si le conducteur disparaît ?
* mais beaucoup plus largement, avec une robomobilité généralisée, on peut imaginer des révolutions plus profondes de l’organisation du travail et des modes de production : lieux de travail itinérants, le véhicule robomobile comme lieu, voire lieu-outil de travail, …
Aussi, même si les mobilités non professionnelles connaissent aujourd’hui une croissance plus importante que les déplacements liés au travail, il n’en demeure pas moins que les systèmes de transports et la gestion des réseaux, demeurent fortement structurés par la réponse aux besoins de déplacements des pointes du matin et du soir. L’introduction d’une dose de robomobilité, voire d’une généralisation de ces solutions de mobilité autonome, est-elle de nature à impacter, modifier, transformer les mobilités liées au travail ? La question peut également être posée de manière symétrique : en quoi les évolutions propres au monde du travail et du marché de l’emploi, pourraientelles inspirer le design des solutions robomobiles ? Le rapport à la temporalité du travail quotidien est bien sûr en jeu.
Il ne s’agit pas ici de traiter la question du travail et de l’emploi face à l’automatisation croissante, mais bien de dégager ce qui pourrait être spécifiquement lié à la vie robomobile.

 Axe 4 – Imaginaires de la robomobilité des personnes
Le XXe siècle aura vu l’avènement des transports motorisés, puis la démocratisation de l’automobile, suivie de sa massification : devenue le véhicule universel, dominant et indispensable à toutes les classes de populations, à tous les types de territoires et pratiquement à toutes les zones du monde. Cette réalité imprègne toujours très fortement les imaginaires des transports et de la mobilité, à tel point que certains pourraient voir dans les projets de véhicule autonome, le prolongement de la promesse originelle de l’épopée automobile. Il semble donc essentiel d’être capable d’analyser, décrypter, démystifier, les imaginaires autour de la robomobilité, tels qu’ils sont proposés par les promoteurs du véhicule autonome, ou à l’inverse, tels qu’ils sont critiqués par ses détracteurs.
Il faut là encore entendre le VA comme un objet pluriel, bien au-delà du véhicule individuel. Dans la science-fiction classique, par exemple, l’immense majorité des véhicules autonomes ne sont pas la propriété de leurs passagers, et cela constitue un imaginaire collectif ou au moins partagé.

L’Atelier prospectif s’intéresse tout particulièrement aux systèmes de représentations, aux croyances, aux valeurs qui sous-tendent les innovations robomobiles. Quelles sont les visions de la société qui sont proposées ? Qu’est-ce que l’histoire des grandes évolutions socio-techniques peut nous apprendre ? Quels sont les messages, les mots, les images, les références culturelles, qui sont utilisés ? Quelle influence de ces imaginaires sur les décisions individuelles ou collectives, sur la place de la robomobilité dans la société, les modes de vie ?

C. LE VOLET « APPEL BLANC »
En complément de ces quatre axes thématiques identifiés comme prioritaires, le présent appel comporte un volet blanc. Toutes les propositions pouvant présenter un intérêt pour alimenter les réflexions de l’Atelier sont attendues dans ce cadre.
Ces propositions pourront par exemple porter sur des enjeux transversaux, tels que ceux liés à la justice sociale, à l’équité territoriale, à l’éthique, à la protection de la vie privée, au contrôle social, à la gouvernance, à l’économie, aux nouveaux services, aux structures de marché ou encore à l’environnement pourront être traités dans ce cadre. Les approches innovantes et les sujets inattendus sont par principe les bienvenus.